L’assurance invalidité : quoi choisir?

Cet article nous a été gracieusement fourni par Marie-Josée Riffon, conseillère au développement des affaires du Groupe Financier Horizons de la région du Québec.

 

Saviez-vous qu’au cours de votre vie de salariée ou salarié, vous vous trouvez à gagner des millions de dollars?

 

Par exemple, une personne de 30 ans ayant un salaire annuel de 50 000 $ par année a un revenu potentiel cumulé de 2 746 410 $ à 65 ans, en supposant une hausse de 2,5 % par année... Au cours de votre carrière, votre revenu accumulé aura ainsi beaucoup plus de valeur que tout autre bien que vous possédez! Et c’est pourquoi l’assurance invalidité devrait être un des premiers besoins pris en considération lors d’une rencontre avec une cliente ou un client.

 

Quelques critères à considérer

La prestation mensuelle

Pour protéger le plus possible le style de vie de la cliente ou du client, il est recommandé de choisir la prestation mensuelle maximale selon son revenu. Le montant sera calculé par la compagnie d’assurance selon le revenu net avant impôts. Pour le propriétaire d’entreprise incorporé, on peut aussi tenir compte de sa part des bénéfices. On me demande souvent si les dividendes sont assurables. La vraie réponse est non, mais les profits de l’entreprise le sont, car les dividendes doivent être versés à même les profits de l’entreprise dans l’année en cours.

 

Le délai d’attente

Plus le délai d’attente du versement d’assurance invalidité est court, plus la prime est élevée. À mon avis, il vaut mieux augmenter le délai d’attente que de diminuer le montant de la prestation. À long terme, cela sera plus important pour les clientes et clients. De plus, augmenter le délai d’attente aura, par le fait même, l’effet de diminuer le montant de la prime, ce qui pourrait permettre de disposer d’une marge de manoeuvre financière pour l’ajout d’avenants supplémentaires.

 

La durée des prestations

Pour la durée des prestations, il est certain qu’il est préférable d’offrir une police qui couvre jusqu’à 65 ans. Ainsi, la cliente ou le client est protégé pour toute éventualité, car la durée moyenne d’une invalidité de plus de 90 jours est de 5,75 ans[1].

 

Quelques avenants à considérer

La garantie d’assurabilité future

La garantie d’assurabilité future permet sans preuve d’assurabilité d’augmenter la protection de la cliente ou du client. Elle ou il n’a qu’à fournir les preuves financières. Par contre, attention aux augmentations automatiques incluses au contrat : si la cliente ou le client les accepte, elle ou il doit être en mesure de justifier son revenu...

 

La profession habituelle

Dans une police de base, la profession est protégée pendant deux ans. Le prolongement de la période de profession habituelle par un avenant garantit le versement de prestations d’invalidité tant que l’assurée ou l’assuré est totalement incapable d’accomplir les tâches liées à sa profession habituelle jusqu’à la fin de la période d’indemnisation choisie.

 

Remboursement de primes

Une assurance avec remboursement de primes signifie qu’à la fin du terme choisi, l’assureur remboursera les primes payées à l’assurée ou l’assuré. Ça peut sembler intéressant, mais attention! : le montant total des réclamations (et même plus avec certaines compagnies) est tout simplement soustrait du montant de remboursement de primes... De plus, c’est un avenant assez dispendieux. Par contre, aux yeux de certains, il s’agira d’un avantage, d’un moyen de faire de l’épargne forcée alors que d’autres personnes trouveront que c’est payer bien cher sa protection et préfèreront économiser en investissant dans leur REER. La perception diffère selon chaque cliente et client, et c’est donc vraiment du cas par cas!

 

Produits garantis ou garantis renouvelables?

En tant que conseillère et conseiller en sécurité financière, la question de recommander un produit garanti ou un produit garanti renouvelable se pose. La qualité de l’assurance et la convenance du produit au profil de la cliente ou du client sont ce qui importe réellement. Il n’existe pas sur le marché actuel un produit d’assurance invalidité qui convient à toutes les clientes et tous les clients (autrement dit, pas de « one size fits all »!), mais plusieurs produits qui vont s’adapter à différentes situations. Chaque personne a des besoins différents, et c’est pourquoi il est donc suggéré d’analyser rigoureusement son dossier pour proposer le bon produit précisément pour elle ou lui.

Également, il ne faut pas oublier de bien vérifier l’assurabilité de la cliente ou du client et les différentes situations qui pourraient se présenter. Est-ce que cette cliente se lance à son compte? Est-ce que ce client est un travailleur à domicile? Est-ce que ce client possède une assurance collective qui le couvre entièrement? Est-ce que cette cliente a déjà des troubles médicaux existants? Voilà d’autres éléments à bien prendre en compte avant de recommander un produit d’assurance invalidité à votre clientèle!

 

Sur ce, bonnes ventes d’assurance invalidité!


[1] SOURCE : Institut canadien des actuaires (ICA) – Table agrégée 86-92 et Society of Actuaries 2012 – Table du Comité sur les résultats techniques en invalidité individuelle.